logo

Intervento: "...la questione del lavoro" PDF Stampa E-mail
Scritto da Esteban Munoz   
Mercoledì 30 Novembre 2016 13:18

En premier lieu, je voudrais me joindre aux nombreuses interventions concernant le décès de Fidel Castro.

Je vais peut-être dire quelque chose de politiquement incorrect, mais je pense sincèrement que nous ne devons pas associer cet hommage à de la tristesse. Fidel s'est éteint entouré des siens et par un peuple dynamique et favorable au socialisme. Il y a de quoi être fier de faire partie de cette grande famille communiste et anti-impérialiste. Fidel est décédé à un âge avancé, il a bien vécu et sans souffrances. C'est un motif de réjouissance. Fidel nous a rendu attentif au fait que les hommes meurent mais que les idées perdurent.

Nous devrions surtout garder à l'esprit que l'histoire n'a pas seulement absout Fidel, l'histoire lui est redevable. Cette grande figure a été à l'avant-garde dans les heures les plus noires du socialisme sans renier son adhésion au marxisme-léninisme. Au dernier congrès du PCC, il a encore renouvelé sa confiance dans l'avènement futur d'une révolution aussi importante que celle de 1917.

Nous ne devons donc pas être triste mais fier de compter parmi nos références et exemples humains un personnage avec une telle force morale.

Je me rappelle de la première et dernière fois que je me suis exprimé à un Congrès du PC, c'était en 2007 lors du changement de nom.

Mon intervention était centrée sur l'idée que cette transformation nécessiterait une séparation nette avec l'opportunisme - en paraphrasant Lénine. Ceux qui veulent rester dans l'inconséquence et dans le folclorisme ont tout à fait leur droit, mais qu'ils nous lâchent la main car nous aussi nous sommes libres de consolider le parti avec sérieux et responsabilité.

Je crois que la tenue de ce 23e congrès est une nouvelle occasion de poursuivre de manière indépendante ce chemin et de laisser définitivement en arrière cette forme stérile et dépassée de faire de la politique.

Dans la dernière période, une des leçons fondamentales du léninisme a été confirmée par la pratique : ce n'est pas en conciliant nos principes avec l'opportunisme que nous arriverons à construire une alternative.

Le chemin correct est de développer un parti de cadres avec une vocation de masse. Je tiens donc à féliciter l'équipe dirigeante et les efforts du secrétariat pour mener à bien les objectifs du parti dans une ligne stable et pragmatique.

Je n'ai malheureusement pas pu participer à la séance d'hier mais j'ai été informé de faits très positifs parmi lesquels l'intervention du camarade de PdA44 du canton de Bâle.

Je souhaite donc solennellement vous informer de l'enthousiasme qui existe également dans le canton de Genève pour collaborer avec le Parti communiste de la Suisse italienne.

Camarades, le club des exclus du PST s'agrandit ! J'ai pleine confiance que la gestion de la nouvelle équipe permettra de consolider cette dynamique positivement et dans des délais raisonnables.

Au-delà des plaisanteries, le "hasard" fait bien les choses. J'ai co-signé la résolution concernant l'antenne suisse de la Fédération syndicale mondiale pour que nous fassions de nouveaux pas en avant. Je suis fermement convaincu que la FSM est l'espace idéal de convergence des communistes au niveau national car il s'agit de nous unir sur la base d'un sujet aussi essentiel que le thème du travail et sur la base d'actions réalistes.

Camarades, si vous m'y autorisez je souhaite aborder une question fondamentale pour les communistes : le thème du travail et de la classe ouvrière.

A tort, nous opposons cette thématique au fait que nous sommes jeunes et en étude.

Mais je demande : est-il possible de construire une vie digne et satisfaisante sans un travail? Faisons-nous des études pour être au chômage ou avoir un emploi précaire? Un jeune peut-il se projeter dans l'avenir et penser à construire un couple ou une famille sans avoir un emploi au préalable? Comment faire pour payer les frais de santé et un logement? Voulons nous travailler jusqu'à 67 ou 70 ans?

Nous devons avoir des réponses à la question du travail qui est au centre des préoccupations pour les travailleurs actifs et pour la jeunesse.

La gauche est dans une impasse et malheureusement elle s'y engouffre sans réfléchir. Depuis des années, elle a abandonné ce sujet prioritaire au profit de thématiques de société. En revanche, une partie de la droite aujourd'hui en ascension (je pense à Trump aux Etats-Unis, au phénomène du Brexit et à la candidature de François Fillon en France) a compris la centralité de l'emploi pour la vie de millions de personnes.

Je crois que nous sommes à un moment où la plupart des jeunes et des travailleurs sont prêts à accepter un emploi au prix de nombreux sacrifices. La migration de main d'oeuvre, le dumping salarial, la déréglementation sont des sacrifices courants dans le monde d'aujourd'hui. Mais ils ne seront pas récompensés avec plus d'égalité et de justice sociale. C'est tout le contraire qui s'annonce : une nouvelle étape de la révolution néolibérale, contre le droit du travail et contre la sécurité sociale. J'attire votre attention sur quelque chose d'important à mon avis : le monde multipolaire qui s'annonce est plutôt positif sur le plan international mais implique un approfondissement des solutions néolibérales au niveau national : la lutte de classe va s'aggraver dans les pays européens.

Nous, communistes, nous devons donner des réponses à ce sujet en sortant du clivage classique gauche-droite pour mettre en évidence le conflit de classe qui se joue actuellement.

En conclusion, je pense que la résolution sur la FSM devient une évidence et le sujet est très simple. Il s'agit premièrement de mettre en évidence la question du travail et de la classe ouvrière dans le cadre de l'antenne suisse.

Deuxièmement, la perspective de convergence des communistes au niveau national est également pertinente.

Troisièmement, il me semble logique que le PC joue un rôle de premier plan dans la convocation d'une conférence nationale de la FSM en Suisse.

Enfin, si vous acceptez cette résolution, le but est de faire un effort pour développer des thèses sérieuses, réalistes et compréhensibles pour les gens ordinaires. Tout ce processus sera utile si nous essayons de construire des instruments pour la population. Au fond nous pouvons le résumer de la manière suivante : la classe ouvrière, à travers les pouvoirs publics, doit se réapproprier la mise en oeuvre et l'organisation du travail. Je signale au passage que cette revendication rentre en totale harmonie avec une idée progressiste de la souveraineté nationale.

Je vous invite à approuver cette résolution pour donner un mandat à l'antenne suisse : approfondir les thèses sur le travail et la classe ouvrière.

Merci.

 

Created by P-Live. Ticino Top - classifica blog e siti ticinesi